2

Test de Dark Souls

Blog
icone auteur news

Rédigé par GalWii

icone auteur news

Le

A l’époque, je me souviens très bien l’avoir haï. Il avait d’ailleurs été sujet à un article où je déversais mon flot d’insultes et de reproches envers lui. A cause de ces nombreuses heures de frustrations et de rage intense, je m’étais juré de ne plus jamais y retoucher. Récemment, il m’a fallu simplement quelques vidéos pour me redonner envie de jouer à cette torture. Enfin, c’est ce que je croyais jusque là. Dark Souls, la simple évocation de ce nom me donne des frissons. Dark Souls, ou le chef d’oeuvre vidéoludique que j’avais sous estimé.

 

Préparez-vous à mourir !

S’il existe des jeux qui sont difficiles à présenter, Dark Souls en fait parti. D’habitude peu intéressé par les rpg japonais, Dark Souls est pourtant le premier jeu qui a réussit à me faire changer de regard sur le genre. Sorti en 2011 sur PS3 et 360 puis réédité dans une version Prepare to Die edition qui inclut le dlc en 2012, voilà un jeu qui n’est clairement pas à mettre entre toutes les mains. Dès le début du jeu, celui-ci nous propose comme tout bon rpg qui se respecte différentes classes à partir de laquelle nous allons pouvoir débuter l’aventure. Allant du simple voleur au pyromancien en passant par le mage ou le bandit, Dark Souls offre au joueur la possibilité de se construire son personnage selon ses envies. Ainsi, même si le joueur choisit un pyromancien, rien ne lui empêche de le faire évoluer en mage ou en bandit, ce qui confère au joueur un sentiment de main mise sur son aventure, renforçant dans le même temps son implication.

Coté scénario, le personnage que nous incarnerons durant tout notre périple est en réalité un mort vivant qui possède un don unique, celui de la marque sombre. En clair, il va pouvoir ressusciter après chacune de ses morts au dernier feu de camp qu’il aura croisé sur sa route. Lordran, le monde dans lequel nous évoluerons, est plongé dans le chaos le plus total où s’affrontent les dragons et les seigneurs. Notre destin sera donc de rétablir l’ordre entre les deux parties et de faire un choix crucial qui déterminera le futur de l’univers. En ce qui concerne le scénario, même si l’on comprend rapidement que ce n’est pas réellement le point le plus important du jeu, il possède au moins le mérite d’apporter au joueur des informations sur la raison de sa présence ici. C’est d’autant plus appréciable que le scénario est certainement l’une des seules choses qui nous est expliqué dans ce jeu.

 

Dark Souls n'est pas difficile, il est exigeant !

La progression du joueur par l’échec, pour toujours mieux se relever. A l’époque où les jeux deviennent de plus en plus accessibles, Dark Souls fait parti de ces jeux à l’ancienne qui ne pardonnent rien au joueur, même pas leur propre erreur. Le principe de Dark Souls est très simple mais c’est une chose qu’on oublie trop souvent aujourd’hui : pas de cartes, pas de boussoles, pas d’indices. Le joueur va devoir apprendre à découvrir ce monde tout seul, ces dangers et ces trésors. Ainsi, si le jeu possède la réputation d’un jeu très difficile, c’est qu’il n’offrira aucun répit au joueur. Doté de mécaniques de jeu anciennes mais qui fonctionnent très bien, le jeu est surtout très exigeant avant d’être très dur et c’est là que le joueur devra être prudent en avançant dans l’aventure. Autant de prudence qui font de Dark Souls une aventure où le joueur devra s’investir corps et âmes s’il veut réussir à parcourir les différents lieux de Lordran. Tandis que certains jeux se permettraient de gâcher la partie du joueur en lui dévoilant tout et tout de suite, Dark Souls est un jeu qui témoigne d’un profond respect au joueur en lui laissant la liberté d’interprêter son aventure selon son souhait.

Dark Souls est plus qu’une aventure, c’est le combat d’une vie. Oui, le joueur va mourir une tonne de fois. Il va refaire maintes et maintes fois les mêmes passages, jusqu’à ce qu’il comprenne ce qu’il ne va pas et qu’il avance enfin. Dans Dark Souls, mourir n’est pas la chose la plus grave, elle est même normale. On meurt parce qu’on ne connait pas, on avance parce que l’on apprend.

 

Dark Souls, ton univers impitoyable

Comme pour tout jeu d’action-rpg, l’univers est la clé de voûte d’un jeu. Si le joueur ne se voit pas plongé dans l’ambiance du jeu, il va très vite décrocher de son aventure et finir par l’abandonner. Pour Dark Souls, les développeurs de From Software ont construit un véritable monde à part entière. On reprochera peut-être certaines monotonies à propos de certains décors mais la direction artistique de Dark Souls est presque parfaite et je suis vraiment devenu accroc de son univers. Mélangeant habilement l’univers médiéval avec les chevaliers et l’univers fantastique avec les dragons et autres seigneurs, le joueur se verra plongé dans un monde rempli d’ennemis tous plus travaillés les uns que les autres. Des ennemis qui, s’il ne fallait pas les tuer pour essayer de survivre, se laisserait bien contempler des heures durant. Tout comme les nombreux boss du jeu qui imposent la grandeur et la puissance, possédant chacun un design extrêmement bien pensé et qui force le respect du joueur, où celui-ci se verra subjugué devant la beauté d’Ornstein, de Queelag ou encore d’Artorias pour ne citer qu’eux.

 

Un level-design impressionnant

Dans un jeu-vidéo, on désigne le level design comme étant l’agencement des différents niveaux entre eux. Dans Dark Souls, je n’avais rien vu d’aussi prodigieux jusque là. Bien entendu, le joueur ne pourra pas se rendre compte de la complexité du monde dans lequel il évolue au début du jeu mais au fur et à mesure que son aventure avance, il comprendra que Lordran est un véritable labyrinthe architectural. Le monde se compose de différents lieux qui possèdent tous une identité particulière : la forêt de Noiresouche, la forteresse de Sen, les catacombes, Anor Londo etc. Tout autant de lieux qui sont remarquablement bien reliés les uns aux autres. C’est un gros point fort du jeu, à condition que le joueur trouve le bon chemin, Lordran regorge de raccourcis très pratiques qui faciliteront la navigation pour le joueur. Cela pourrait sembler anodin mais la façon dont sont positionnés et pensés les différents lieux du monde de Dark souls relève presque du chef d’oeuvre et le joueur viendra souvent à remercier la personne qui a eu l’idée d’instaurer tel ou tel raccourci, lui évitant une longue marche inutile !

 

Une réalisation catastrophique

Je pense que vous l’aurez rapidement compris, Dark Souls est un jeu exceptionnel et une aventure qui mérite d’être vécue. Mais même le meilleur jeu de tous les temps n’est pas exempt de défaut, et Dark Souls n’y échappe pas. Tout d’abord, il faut savoir que ce Dark Souls fait suite au premier de la saga des Soul’s : Demon’s Souls. Sorti exclusivement sur PS3, celui-ci ne souffrait pas des lacunes de son cadet. Fluide, maniable, sans aucuns ralentissements, Demon’s Souls possédait une très bonne réal’. Tout le contraire de Dark Souls. C’est drôle à dire mais ce défaut est en grande partie à cause de son succès. Demon’s Souls ayant très bien marché sur PS3, From Software a donc décidé d’exporter sa licence sur xbox 360 et c’est là que les problèmes sont apparus. Demon’s Souls était prévu pour le hardware de la PS3, Dark Souls a quant à lui été prévu pour les deux machines, avec chacune un hardware différent. C’est là que le bat blesse, d’autant plus que l’on tiendrait certainement avec Dark Souls la perfection sans cette horrible réalisation : des lags permanents, des bugs de textures, des bugs d’affichages, des ennemis qui se bloquent dans le décor et j’en passe. C’est extrêmement décevant même pour quelqu’un qui n’est pas exigeant de voir un jeu d’une telle qualité entaché par tous ses problèmes. Heureusement, cela n’enlève pas l’essentiel de Dark Souls, à savoir le plaisir de jeu. Espérons que ces défauts soient corrigés pour Dark Souls 2.

 

Une aventure inoubliable, un chef d'oeuvre vidéo-ludique

100 heures de jeu, éreinté mais heureux, l’aventure de Dark Souls se termine pour la troisième et dernière fois pour moi. Bien sûr, je pourrais continuer à vous parler de ce chef d’oeuvre encore très longtemps mais je préfère me limiter à l’essentiel. Ce jeu a été pour moi l’une de mes plus belles aventures de toute ma vie. Jamais je n’avais vécu une expérience aussi forte sur un jeu-vidéo. Dark Souls possède des qualités extraordinaires : une bande son magistrale, un univers magique et immersif, une sensation de solitude grisante, des ennemis coriaces, des boss gigantesques, un système de jeu qui ne pardonne pas et un monde immensément riche et complexe. Hormis la réalisation, on tient avec ce Dark Souls l’un des plus grands jeux sur ces consoles actuelles. Personne n’en sortira indemne, Dark Souls s’adresse aux joueurs aguerris qui n’ont pas peur de descendre dans les enfers. Depuis Shadow of the Colossus, je ne pensais pas qu’un jeu serait capable de me délivrer autant d’émotions mais Dark Souls y est parvenu. De la joie à la tristesse, Dark Souls est un jeu inoubliable qui a marqué ma vie de joueur au fer rouge. A tel point qu’il en est devenu, à ma grande surprise, mon jeu préféré de tous les temps.

GalWii

Source : http://www.lesanneesmuettes.fr/dks.html

Galerie d'images

Note des Membres :10 / 10

  • Titiboy
    10

Commentaires

Yeahhhh, pas mal du tout ^^

Merci ;)

Connectez-vous sur le forum pour commenter cette news.

L'article a reçu 0 FUN

Vous n'avez pas encore funé l'article !

ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

photo_profil

Blogueur : GalWii