0

Test : Killzone 3

Blog
icone auteur news

Rédigé par GalWii

icone auteur news

Le

killzone3_header

S’il y a bien un jeu de guerre sur consoles auquel je n’avais jamais joué auparavant, c’est bien la série des Killzone. A l’heure où on nous ressort chaque année toujours la même recette avec un énième Call Of Duty toujours plus creux , je fus surpris de voir que la licence Killzone était si peu connue auprès des joueurs. Bien sur, cela pourrait s’expliquer par le fait que cette série est une exclusivité de Sony et que les opus sont donc uniquement sortis sur la PS2 et la PS3, mais quand bien même. Lorsque je vois les chiffres astronomiques des Call Of et autres Battlefield, j’ai vraiment de la peine pour les gars de Guerilla. Ces développeurs talentueux qui ont réussir à faire de Killzone un jeu unique et qui ont sans doute réalisé avec Killzone 3 le meilleur FPS de cette génération de consoles.

 

Messieurs, au rapport !

Killzone 3, c’est d’abord un univers. Comme je l’ai introduit plus tôt dans l’article, je ne connaissais pas du tout l’histoire de cette licence ni son ambiance. Allait-ce me plaire ou me refroidir, telles étaient les questions que je me suis posé lorsque j’ai inséré la galette dans le lecteur. Dès l’introduction du jeu, alors que je ne me trouvais pas encore dans les menus, le décor était planté. La mise en scène magistrale de cette introduction me plongea directement au sein d’une guerre opposant les Helgasts à l’ISA, une unité militaire ayant pour mission de protéger la planète terre contre les assauts des Helgasts, ceux-ci se trouvant sur la planète Helgan. Rien de bien extraordinaire me diriez-vous, c’est un scénario banal de deux clans adverses qui s’affrontent dans un duel à mort. Oui, mais il ne faut pas s’arrêter à cette conclusion hâtive. A la différence des autres FPS présents sur consoles (hormis Halo), Killzone 3 a le mérite de se doter d’une réalisation parfaite qui confère au scénario un appui non négligeable. Ainsi, c’est avec plaisir que j’ai suivi le déroulement de l’histoire du jeu qui reste très cohérente du début à la fin.

Pour faire court, nous sommes un agent de l’ISA nommé Sevchenko (pour le nom, me demandez pas pourquoi!) qui a pour mission d’éliminer avec le reste de la bande la menace Helgast ou au moins de la ralentir le plus possible. La particularité du scénario de Killzone 3, c’est que l’histoire se déroule d’un coup. Pas de pause, pas de saut dans le temps, la guerre est là et nous devons monter au front quitte à y rester. Ainsi, affaiblie par la puissance et la technologie des troupes Helgasts, l’armée de l’ISA dispose de moins de six heures pour essayer d’éviter le drame. Six heures pendant lesquelles nous allons combattre, six heures pendant lesquelles toute l’histoire va se dérouler. Ce qui nous amène alors à parler dans une deuxième partie de la durée de vie du jeu.

killzone3_mitrailleuse

 

Sergent, combien de temps il nous reste?

La durée de vie de Killzone 3, c’est peut-être le seul point qui fâche dans le jeu. En effet, comme je vous l’ai dit dans le paragraphe précédent, nous disposons d’une fenêtre de six heures pour essayer de vaincre les Helgasts, soit autant que la durée de vie du jeu. M’ayant un peu renseigné sur ce point avant de commencer ma partie, j’ai donc décidé de jouer mon premier run en difficile, une difficulté qui je savais m’apporterait assez de challenge pour que j’apprécie le jeu mais également pour augmenter un peu la durée de vie du soft. Résultat des courses, le jeu s’avère corsé en difficile sur certains passages, il m’a offert de sacrés bons moments mais l’addition est nette et sans hésitation : j’ai fini Killzone 3 en moins de six heures, là où une campagne en légendaire sur Halo en requiert une quinzaine. La durée de vie s’étendra donc entre quatre et six heures suivant le niveau de difficulté dans lequel vous jouez, je vous conseille en tout cas de commencer en difficile. Petite déception donc, surtout que lorsque vient la fin du jeu, on en redemande ! On se consolera néanmoins sur le rythme du jeu qui est absolument infernal. Il n’y a aucun temps mort dans le jeu et si le jeu se boucle en moins de six heures, elles ont au moins le mérite d’être intenses et épiques !

killzone3_hellgast

Il y a rien à faire, je trouve les Helgasts toujours aussi classes…

 

Jamais la guerre n’a été si belle…

Autre point sur lequel je DOIS m’attarder, celui de la réalisation graphique de Killzone 3. On le sait depuis le premier Killzone, les jeux estampillés Guerilla sont un délice visuel. Autant d’un point de vue technique qu’artistique, Killzone 3 est une véritable merveille graphique, à un point même où il n’est pas rare de s’arrêter en plein combat pour admirer les différents décors du jeu. Avant Killzone 3, jamais la guerre n’avais été si belle et on pourra très bien me dire que Battlefield 3 est passé par là depuis le temps, je trouve que Killzone le dépasse pour son réalisme et sa finesse dans les détails. Il suffit de voir les différents visages des protagonistes pour en être sûr, Killzone 3 est une vitrine technologique et est sans conteste l’un des plus beaux jeux sur consoles encore à l’heure actuelle. L’incroyable design des Helgasts, les décors variés, pour un peu on aurait envie de partir en guerre plus souvent tiens !

killzone3_cf

 

Recrue, tu sais manier les armes?

Maintenant que nous venons de parler du point de vue graphique du jeu, il est grand temps de s’attaquer au nerf de la guerre, à savoir le gameplay. Dans Killzone 3 comme dans les précédents opus, les développeurs ont voulu faire ressentir au joueur tout le poids de la guerre sur le maniement du personnage. Ainsi, à contrario du gameplay que l’on trouve chez le voisin Call Of et ses mouvements rapides, les déplacements de notre personnage dans Killzone 3 ne se font pas sans efforts et c’est avec un gameplay lourd que l’on va devoir se battre tout au long de l’aventure. Je trouve que ce type de gameplay renforce encore un peu plus l’immersion et nous avons véritablement l’impression de contrôler un humain à part entière et de ressentir tout le poids de son armure. Aussi, le recul des armes ou le poids de celle-ci changeront en fonction de l’arme utilisée. D’ailleurs, celles-ci sont relativement bien conçus et variées. Nous allons pouvoir manier des fusils à pompes, des mitraillettes, des lances-roquettes, des lances-flammes et mêmes des mechs. Mention spéciale pour ces derniers puisqu’ils sont très maniables et très bien amenés dans le jeu. Les coups au corps à corps sont également présents dans le jeu, même si je ne m’en suis personnellement pas plus servi que ça, n’ayant que trop peu la possibilité de foncer vers un ennemi pour lui asséner un coup de couteau. Cette dernière fonctionnalité se montrera en revanche beaucoup plus utile en multi. En bref, le gameplay de Killzone 3 est maîtrisé, certains aimeront cette lourdeur et d’autres pas mais c’est ce qui fait aussi le charme de ce jeu. 

killzone3_knife

 

Killzone 3, ma conclusion

Autant être clair et concis : j’ai adoré. Avant Killzone 3, je ne connaissais pas cette série et c’est une grave erreur. Certains ne seront pas de mon avis, trouvant ce titre parfois trop brouillons et surtout trop court, mais Killzone 3 a été l’une de mes plus grandes expériences FPS sur cette génération de consoles. Doté d’un gameplay lourd et nerveux, d’une réalisation quasi-parfaite en tout point et d’un multijoueur solide, seule la faible durée de vie pourrait venir noircir la feuille. Sinon, il n’y a rien d’autre à dire. Seulement que Killzone 3 est un très grand jeu qui mérite d’être joué et avec qui j’ai passé des moments épiques. A tous les possesseurs de PS3, je vous recommande chaudement ce titre, vous ne serez pas déçu du voyage.

Galerie d'images

Note des Membres :- / 10


Commentaires

Connectez-vous sur le forum pour commenter cette news.

L'article a reçu 0 FUN

Vous n'avez pas encore funé l'article !

ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

photo_profil

Blogueur : GalWii