1

[TEST] Heavy Rain et Beyond Two Souls Collection

icone auteur news

Le 12/03/2016

heavy_rain1

Dans la sphère vidéoludique, il y a des réalisateurs qui laissent leur empreinte à jamais dans le monde du jeu vidéo. Par leur génie, par leur travail, par leur personnalité, on les reconnaît au premier coup d’oeil grâce à leur capacité à réaliser un jeu qui restera dans les mémoires. David Cage, déjà auteur de Nomad Soul et de Fahrenheit avec son studio Quantic Dream, fait indiscutablement partie de ces personnages du jeu vidéo. En Février 2010, un joyau de Quantic Dream voyait le jour sous le nom d’Heavy Rain. Le studio réitère l'essai avec Beyond: Two Souls deux ans après. Deux productions estampillées Sony et qui ont, tout comme son auteur, fait couler beaucoup d’encre.  Nous allons donc vous donner notre avis sur les deux productions contenues dans cette compilation Playstation 4, en commençant d'abord par vous parler de Heavy Rain.
 

*HEAVY RAIN

 

D'aventure en aventure

 

Dans Heavy Rain comme dans tous les jeux Quantic Dream, l’aspect primordial du jeu se situe au niveau de son scénario. Ici, la ligne directrice du jeu est originale et impose au joueur de ne pas jouer avec un seul personnage principal mais bien quatre. Le procédé pourrait dérouter quelque peu au départ mais l'on se prend rapidement au jeu du changement. Avec ce choix scénaristique, nous pouvions craindre que l’utilisation de quatre personnages nuise à la bonne immersion du joueur mais c’est tout le contraire : le rythme d’apparition des différents protagonistes est si bien dosé que l’on apprendra très vite à accueillir leurs différentes histoires sans être jamais perdu dans le scénario principal. En règle général, Heavy Rain est un jeu doté d’un scénario et d’une réalisation qui prennent leur temps : chaque joueur pourra donc évoluer dans l’histoire à son rythme et ce dernier point est clairement l’une des plus grandes forces du titre, le rendant accessible et compréhensible par tous les types de joueurs. L’histoire du jeu, quant à elle, débute vraiment lorsque survint un drame dans la vie du premier personnage rencontré : Ethan Mars. Architecte de talent, mari d’une femme aimante et père de deux petit garçon ravissants, Ethan avait la vie parfaite jusqu’à ce qu’un moment d’inattention ne vienne lui bouleverser sa vie. L’histoire d’Heavy Rain débute de cette façon et nous est présentée de façon très mature. Ainsi, il ne sera pas rare de voir le joueur faire preuve d’empathie envers un des personnages qu’il contrôle, tant la narration d’Heavy Rain est bien maitrisée.

 

heavy_rain2

Notre détective aura du boulot...

 

Après cette tragédie qui va plonger Ethan Mars dans le plus horrible des cauchemars, c’est au tour des autres personnages de faire leur apparition. Madison Paige, Norman Jayden et Scott Shelby, tout autant de personnages liés par un seul et même but : enquêter sur un tueur en série se faisant appeler le "tueur aux origamis" et découvrir sa véritable identité. Quatre personnes au destin croisé qui vont intervenir dans la trame scénaristique à leur manière, chacun en apportant leur savoir-faire propre à leur métier. A la manière d’un thriller psychologique, le jeu repose essentiellement sur une seule et unique question posée au joueur lui-même : "Jusqu’où iriez-vous pour sauver les gens que vous aimez ?" Ainsi, tout au long de l’aventure, le joueur devra prendre des décisions importantes pour continuer et il devra également les assumer car elles auront une influence directe sur la suite de l’histoire. Avec cet aspect du jeu, on remarque donc que le joueur n’est pas qu’un simple spectateur mais est érigé au rang de véritable acteur influent et c’est là une grande force d’Heavy Rain, l’immersion du joueur par les décisions qu’il prend. Heavy Rain constitue donc une aventure totalement différente pour chaque joueur qui ne prendra pas nécessairement les mêmes décisions scénaristiques et réalisera alors l’aventure selon sa propre personnalité et sa propre morale.


 

Une réalisation très soignée…

 

Bien avant sa sortie en février 2010, Heavy Rain avait déjà séduit les joueurs avec les quelques visuels qu’il proposait à l’époque. Basé sur une architecture de PS3 complexe que les studios Quantic Dream semblent bien maitriser, le jeu s’avère techniquement quasi-irréprochable. Même si l’on pourra dénoter un peu d’aliasing et de flou au niveau des environnements, le jeu possède une touche artistique qui force le respect et l’admiration. Peut-être critiquerons-nous l’animation des personnages qui est un peu trop séquencée, donnant l’impression au joueur de contrôler un robot articulé. Pour le reste, c’est un sans faute et Heavy Rain se place indiscutablement comme l’un des jeux les plus beaux jeux de cette console : les différents visages des personnages fourmillent de milliers de détails -comme on peut le voir à chaque temps de chargement- les décors que l’on croise dans le jeu s'accordent à l'ambiance du jeu et nous fait plonger directement dedans, avec une synchronisation labiale de bonne qualité. Un travail minutieux réalisé à partir de motion-capture et qui fait office de vitrine technologique.

 

Heavy_rain3

Les visages des personnages ont bénéficié d'un soin très particulier.

 

…pour un jeu qui fait débat…

 

Si le jeu est abouti techniquement et qu’il ne souffre que de très peu de lacunes sur le plan artistique, on est en droit de se poser la question qui a tant fait couler d’encres les jours suivants la sortie du jeu : "Est-ce vraiment un jeu ou un simple film interactif ?" En effet, le principe du jeu, comme Fahrenheit en son temps, se base uniquement sur les QTE, comprenez par là des choix à faire en appuyant sur une touche donnée de la manette. Pour ce qui est d’un autre élément de gameplay possible dans le jeu, il n’y en a pas. Le joueur n’utilisera que le système de QTE pour réaliser son aventure et il est alors très compréhensible que le joueur se voit lassé d’appuyer sur une touche pour ouvrir une porte ou pour prendre part à un combat. Seulement, deux camps s’opposent et on ne peut vraiment savoir lequel des deux a raison, même si nous pouvons tout de même affirmer sans trop de risques que David Cage et son équipe ont réussi à créer avec Heavy Rain une expérience unique en son genre et marquante pour le joueur.
 

…et qui entraîne avec lui ses défauts.

 

Si le concept d’Heavy Rain peut faire mouche auprès du joueur, il peut également le repousser et c’est un défaut en soi. Si ses qualités de réalisation et d’immersion ne sont plus à prouver, il se prive néanmoins d’une part importante de joueurs qui préféreraient plutôt vivre cette aventure comme un véritable jeu d’action à monde ouvert, ce qui n’est pas le cas d’Heavy Rain. Parfois dans l’aventure, le joueur pourra se sentir lésé de n’être qu’un vulgaire pion n’ayant pour seul mission que d’appuyer sur un bouton pour déclencher une cinématique. Aucune exploration -dans une ville qui paraît pourtant si riche- pas d’interactions avec d’autres personnages que ceux prévus par le scénario -à la manière d’un RPG- une fausse liberté qui peut frustrer le joueur qui se voit priver d’une part importante du jeu qu’il peut voir mais qui lui est inaccessible.

 

heavy_rain4

Il faudra faire preuve de sang froid au cours de certaines séquences du jeu.

 

 

Une bande son de haute volée

 

Les qualités du titre de Quantic Dream, au delà de sa narration et de sa réalisation, se trouvent également au niveau de la bande son. Normand Corbeil, le regretté compositeur canadien mort à l’age de 57 ans, signe avec Heavy Rain certainement l’une de ses plus belles compositions. Doté d’un thème principal à l’identité très forte et de musiques qui marqueront le joueur par leur puissance et leur justesse, Heavy Rain arrive parfaitement à décupler l’intensité des différentes phases du jeu avec sa musique. Abordant des sonorités aux allures mélancoliques mais toujours pleines d’espoir, la bande son d’Heavy Rain saura toucher le joueur au moment opportun. En ce qui concerne les différents éléments sonores, que ce soit les doublages des personnages ou encore les sons d’environnements, c’est encore un grand travail qui a été réalisé et le son sera évidemment l’un des facteurs essentiels à la bonne immersion du joueur.

 

heavy_rain5

Vous disposerez d'outils technologiques pour mener à bien vos enquêtes.

 

Heavy Rain, une expérience unique en son genre

 

Entre cinéma et jeu-vidéo, Heavy Rain est un jeu qui divise. Doté d’un scénario solide, d’une excellente narration, de personnages d’une profonde richesse et d’une bande son de haute volée, le dernier né des studios Quantic Dream s’impose comme une très grande expérience pour quiconque voudrait s’y essayer. Celle-ci ne plaira évidemment pas à tous les publics, de même que le jeu possède tout de même le défaut majeur d’être plus contemplatif que participatif. Quoi qu’il en soit, nous ne pouvons que saluer le travail réalisé sur ce titre et l’histoire arrivera parfaitement à tenir le joueur en haleine jusqu’au climax final qu’on ne voit à aucun moment venir. Une grande expérience qui ne laissera aucun joueur indemne et qui place Heavy Rain comme l’un des jeux les plus marquants de la PS4, malgré le fait qu'il s'agit là d'une réédition de la version PS3.


 

*Beyond : Two Souls

 

Avec l'arrivée massive de jeux dédiés à la génération PS4/Xbox One, on en oublierait presque la sortie HD de jeux qui ont marqué l'époque PS3. Nous avons eu le droit à la sortie de l'immense GTA 5, et nous avons aujourd'hui l'autre grand jeu de David Cage. L'équipe de Quantic Dream revient avec une toute nouvelle aventure baptisée Beyond : Two Souls avec en tête de lice les acteurs Ellen Page et Willem Dafoe. Un casting hollywoodien donc, pour une aventure bouleversante qui ne plaira pas à tous les publics. Garanti NO SPOIL.

Si la particularité d'Heavy Rain était de suivre le déroulement du scénario à travers quatre personnages différents, le joueur ne contrôlera dans Beyond qu'une seule et même jeune fille durant toute son aventure : Jodie Holmes. L'originalité de Beyond, et ce sur quoi repose principalement le jeu, est la présence d'une entité à l'intérieur de Jodie. En effet, depuis sa plus tendre enfance , Jodie doit vivre avec Aiden, une sorte de deuxième personne qui se manifeste quand bon lui semble, qui peut faire souffrir Jodie comme elle peut l'aider. Une idée intéressante donc et qui amène avec elle son lot d'avantages. Durant l'aventure, nous allons contrôler les deux personnes, chacune se maniant différemment. Jodie, comme n'importe quelle personne humaine, se maniera exactement de la même façon que les personnages d'Heavy Rain à l'époque. Aiden quant à elle, pourra être appelée par Jodie en cas de danger. Elle pourra l'aider à résoudre des énigmes, à neutraliser des ennemis en les tuant ou en les possédant. Enfin, elle sera également le pont entre la vie et la mort, nous permettant parfois d'échanger un bref instant avec des personnes de l'au-delà. Deux âmes pour un seul et même corps. Deux âmes pour un grand jeu.

 

Un gameplay amélioré pour des situations plus variées

 

Dès lors que l'aventure débute, on ressent tout de suite ce qui a fait le charme d'Heavy Rain : la philosophie de David Cage n'a pas changé et elle tend même à perdurer puisque le gameplay de Beyond est similaire à son ainé en apportant quelques nouveautés bienvenues. En effet, le jeu se déroule toujours avec des QTE mais ceux-ci ont légèrement été modifiés pour offrir une expérience plus immersive pour le joueur. Ainsi, Jodie prendra parfois part à des scènes de combats où le joueur devra accompagner les mouvements de la jeune fille avec le joystick droit. Autre nouveauté, nous aurons droit durant le jeu à quelques phases d'infiltration où l'on pourra voir de nouveaux mouvements pour notre personnage, la possibilité de se mettre à couvert contre un mur ou prendre à revers l'ennemi de manière silencieuse. Avec ces ajouts, Beyond arrive à corriger quelques défauts aperçus avec Heavy Rain et les situations sont maintenant plus variées : cela offre un véritable souffle au jeu et le joueur se voit alors plus impliqué qu'il ne l'était auparavant.

 

Les pouvoirs de Jodie seront sujets à de nombreuses expériences.

 

 

Un scénario de qualité

 

En trois ans de développement, il aura fallu une année entière pour écrire le scénario du jeu. Preuve que les développeurs de Quantic Dream ont toujours porté une attention particulière à l'histoire de leur jeu et celle de Beyond est de grande qualité. Même si tout le monde n'appréciera pas son coté fantastique, le scénario est l'une de grandes forces du titre. Tout au long de l'aventure, nous allons vivre les aventures de Jodie en essayant de découvrir d'où vient cette entité mystérieuse, Aiden, qui vit avec elle depuis sa naissance et qui ne la quitte pas. Du laboratoire de recherche du gouvernement à la CIA, nous allons traverser bon nombre d'épreuves qui finiront toujours par nous rendre plus forte. Autre particularité du jeu, l'histoire ne se déroule pas de façon chronologique et nous vivrons la vie de Jodie à travers des souvenirs mélangés. Ce dernier point qui peut être perçu comme un défaut n'en est pas réellement un et nous avons les explications à ce choix à la fin du jeu.

Quoi qu'il en soit, même si quelques rares points du scénario sont un peu tirés par les cheveux, l'ensemble est cohérent et le joueur se prendra rapidement dans le jeu des acteurs qui est excellent. Au final, c'est un puzzle immense qui se construit sous nos yeux où l'on comprend au fil des heures les tenants et aboutissants de toute cette histoire. Les différents choix que nous allons pouvoir faire au cours du jeu influeront sur le résultat final bien que l'on aurait aimé que nos décisions aient plus d'impact sur la trame scénaristique. Une histoire rondement menée donc, beaucoup plus complexe et détaillée que celle d'Heavy Rain.

 

Jodie suivra un entrainement intensif au sein de la CIA

 

De grandes émotions

 

Comme on vient de le voir dans le paragraphe précédent, le jeu des acteurs est étincelant et Beyond est une aventure qui prendra aux tripes. A milles lieux de ce qu'on pouvait ressentir dans Heavy Rain, l'émotion dans Beyond est poussée à son paroxysme et le joueur se verra impliqué du début à la fin de l'histoire, se prenant rapidement d'empathie pour les différents personnages qu'il croisera. Même si quelques pnjs auraient gagné à être un peu plus travaillés, le résultat final est plus que convaincant et nous sommes devant une aventure qui ne laissera personne indifférent. Puisque ce sont nos décisions qui influent le cours du jeu, il est d'autant plus important que l'émotion est le facteur principal à cette prise de décision. Si un personnage ne nous plaît pas, libre à nous de décider de ne plus le voir dans l'aventure. Ce parallèle, entre le joueur et le jeu, et l'interaction qui en découle, est certainement la plus grande force du titre. Beyond n'est pas un jeu qui se joue, c'est une aventure qui se vit corps et âme.

 

On rencontrera des personnages attachants au cours de notre aventure.

 

Next-Gen vous avez dit ?

 

Comme l'écriture de son scénario, la production visuelle et artistique du titre aura elle aussi duré un an. Et en un seul mot, le résultat est bluffant. La qualité artistique de Beyond est incroyable et nous sommes clairement devant l'un, voir le plus beau jeu de cette génération de consoles. On a parfois l'impression de se trouver devant un film tant le jeu est magnifique, la PS3 était encore une fois mise à rude épreuve avec Beyond (un peu moins avec la PS4) qui ne souffre d'aucun défaut technique si ce n'est un peu d'aliasing mais celui-ci reste très rare. Les différents visages des personnages sont ahurissants de réalisme, les effets de lumière sont impressionnants et les différents décors que nous parcourrons sont magnifiques, colorés et variés. La motion-capture est bien entendu un facteur important de la qualité artistique du titre mais le travail réalisé par l'équipe de Quantic Dream dépasse l'entendement et pour ça, on les remercie. Qui a dit que le jeu-vidéo n'était pas un art ?

 

 

Normand, le regretté

 

Dernier point sur lequel il faut s'arrêter, la bande son. Malgré la mort tragique du talentueux compositeur d'Heavy Rain, envers qui un hommage est rendu à la fin de Beyond, David Cage n'a pas ménagé sa peine en recrutant deux pontes du domaine : Hans Zimmer et Lorn Bafle. Que dire si ce n'est que la bande son du nouveau jeu de Quantic Dream colle parfaitement à l'identité du jeu. Certains joueurs pesteront contre le coté épique des musiques mais celle-ci retranscrit tellement l'intensité de l'aventure qu'elle ne pouvait en être autrement. Usant de certains sons déjà utilisés auparavant pour Heavy Rain, Hans Zimmer et Lorn Bafle composent une bande originale tonitruante qui rajoute encore plus de densité aux différentes séquences du jeu et qui marqueront un point d'honneur à une aventure déjà inoubliable. De là-haut, Normand peut être fier du travail accompli.


 

Beyond : Ses qualités sont ses défauts ?

 

Comme Heavy Rain en son temps, Beyond est un jeu qui va diviser. Basé sur le même principe que son grand frère, Beyond plaira ou non et le joueur aura parfois l'impression de s'ennuyer s'il n'arrive pas à s'investir suffisamment dans l'histoire. Aussi, on aura parfois l'impression que le jeu se déroule sans nous et cela instaurera pour le joueur le sentiment d'assister à un film plutôt que de jouer à un jeu vidéo. Beyond est un jeu difficile à classer, entre cinéma et jeu vidéo, mais il est d'abord une aventure qui se vit selon ses goûts et ses préférences. Certains aimeront appuyer sur un bouton pour ouvrir une porte quand d'autres détesteront ce jeu qu'ils préféreront regarder sur Youtube ou ailleurs. Ainsi, le test de Beyond, et d'un jeu Quantic Dream en général, est un exercice très difficile à réaliser tant ses jeux sont une expérience à part entière. Donner une note triviale à une expérience personnelle est très compliquée. Sachez simplement que Beyond est une grande aventure pour qui arrivera à se plonger dans son histoire. Les différents personnages du jeu sont attachants et l'histoire du jeu est assez bien construite pour que le joueur ne se perde pas en route. Beyond est une aventure bouleversante qui vaut la peine d'être vécue. Simplement, nous reprocherons peut-être le coté trop hollywoodien de la fin du jeu ainsi que le déroulement de l'histoire qui pourra embrouiller certains joueurs. Si vous êtes friand du genre et que vous aimez les grandes histoires, Beyond : Two Souls est fait pour vous.

  • JOUABILITÉ

    15

    Uniquement à base de QTE, la jouabilité d'Heavy Rain et de Beyond Two Souls ne tardent pas à montrer ses limites et tout le monde n'accrochera pas à cette nouvelle façon de jouer. Néanmoins, ceux qui accrocheront à cette pratique pourront profiter d'un gameplay bien pensé qui colle bien aux différentes actions du jeu.

  • GRAPHISMES

    18

    C'est l'une des grandes forces de ce titre. Les décors ainsi que les différents détails des personnages rajoutent à l'immersion du joueur et nous avons là un jeu doté de graphismes irréprochables.

  • BANDE SON

    19

    Normand Corbeil a réalisé une bande son quasi-parfaite qui colle parfaitement aux différentes scènes du jeu. Tantôt dramatique, tantôt épique, les thèmes sonores (surtout de Heavy Rain) resteront gravés dans la mémoire des joueurs pour très longtemps.

  • DURÉE DE VIE

    17

    Deux aventures qui se terminent en une dizaine d'heures chacune, et qui disposent d'une rejouabilité bienvenue, avec différentes fins qui restent malgré tout anecdotiques au final.

  • SCÉNARIO

    19

    A la manière des meilleurs thrillers, Heavy Rain proposera au joueur une histoire riche, pleine de rebondissements et toujours très bien amenée et racontée de façon très mature. Bien que certaines idées n'apportent pas grand chose à l'aventure, la narration du jeu est telle que le joueur vivra une aventure inoubliable.

    Pour ce qui concerne Beyond Two Souls, le scénario est un point fort du jeu comme il peut être un inconvénient pour celui qui n'aime pas les histoires trop surréalistes. Au-delà de ça, l'histoire du jeu est de grande qualité et l'écriture est très bien pensée pour que l'on vive l'aventure de la meilleure manière possible.

    • Points positifs

      • Une très belle réalisation. (cadrages, décors, graphismes...)
      • Jeux très matures dans son approche.
      • Scénarios bien menés, et qui tient en haleine.
      • Bande son marquante.
      • Une expérience inoubliable et intense.
    • Points négatifs

      • Basé bien souvent sur le principe des QTE.
      • Les différentes fins s'avèrent anecdotiques.
      • Des personnages "robotisés".

    Conclusion

    Cette compilation est un pur délice ! Elle regroupe deux jeux qui ont marqué la génération PS3 grâce à leur côté atypique qui a longtemps opposé les joueurs. Pour ceux qui ne sont pas rebutés par cette idée de gameplay basé uniquement sur les actions contextuelles, on tient là deux jeux d'une très grande qualité qui sauront faire plaisir aux amateurs du genre. Doté de scénarios riches, de personnages aussi attachants que travaillés, d'une des meilleures bandes sons du jeu vidéo, Heavy Rain et Beyond Two Souls sont des "HITS" en puissance !

    18

    icone sélection ConsoleFun

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (1)

    Maktorius a écrit un commentaire le 13/03/2016 à 12:44

    Personnellement l'histoire d'Heavy Rain m'avait vraiment déçu à l'époque mais j'essaierais peut-être Beyond Two Souls un jour. En tout cas super test merci !!!

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 4 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Fiche du jeu

    Heavy Rain et Beyond Two Souls Collection

    Heavy Rain et Beyond Two Souls Collection

    Support : PS4

    Editeur : Sony Computer Entertainment

    Développeur : Quantic Dream

    Genre :Autres

    Multijoueur : Non, uniquement jouable en solo

    Moyenne des joueurs : - / 20

    Moyenne de la presse : - / 20

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Thibault Teurki : Fondateur de ConsoleFun.FR, RP Manager & Rédacteur en chef

    Spécialiste des jeux rétro sur consoles et PC. J'ai de nombreuses affinités avec les jeux de stratégie (STR), mais aussi FPS sur PC. Sur console, je m'amuse énormément à décortiquer les RPG et les jeux d'aventure. Et je prend plaisir à jouer sur les jeux de plateformes (ex : Super Mario...).

    "Baromètre du test"

    "autre sujet... Quantic Dream"