0

[TEST] Hoa

icone auteur news

Le 05/09/2021

L'industrie des jeux vidéo à gros budget a souvent tendance à s'uniformiser afin de proposer des expériences qui finissent par se ressembler, du moins sur la forme. C'est ainsi que le jeu indépendant est devenu le terrain fertile d'une certaine originalité et créativité qui fait parfois défaut aux gros éditeurs, qui évitent les grosses prises de risques. Certains projets, comme le jeu Hoa du studio Skrollcat sorti sur toutes les consoles de salon et PC le 24 Août dernier, apportent avec eux un vent de fraîcheur bienvenu. Mais encore faut-il que le tout soit réussi et maîtrisé.

 

 

 

 

 

Une histoire minimaliste

 

 

 

Dans Hoa, nous incarnons une petite fée du même nom. Alors qu'elle est portée au gré des vagues sur un bateau-feuille, Hoa se réveille quand son embarcation touche une plage. A son arrivée, la nature semble reprendre vie et elle décide d'aller explorer cet endroit. Rapidement, Hoa découvre qu'il s'agît de sa terre natale et se met alors en quête de son passé perdu, quitte à affronter les dangers qui ont entraîné son exil.

 

 


Dans Hoa, la nature est votre alliée.

 

 

Le scénario de Hoa est, on ne va pas se mentir, assez basique. C'est une petite quête d'identité et de passé qui n'apportera pas son lot de surprises. Pour autant, l'histoire fait ce qu'elle doit faire : offrir un minimum de contexte et d'enjeux pour nous pousser à aller plus loin. Et en ce sens, c'est plutôt réussi : on a envie de plonger dans le passé de notre personnage et découvrir les raisons qui ont fait qu'elle a dû fuir. Malgré tout, on peut regretter que cette histoire ne soit pas plus mise en avant. En effet, l'intégralité de ce qu'il faut savoir passe par les dialogues avec les principaux PNJ ainsi que par la cinématique de fin. Ce qui ne nous empêche pas de terminer le jeu avec les réponses aux questions que l'on se posait.

 

 

 

L'art du jeu vidéo

 

 

 

Il faut dire que graphiquement, le jeu est absolument irréprochable. Entièrement dessiné et peint à la main, les environnements et personnages de Hoa n'ont rien à envier aux meilleurs films d'animations des studios Ghibli, dont on sent qu'ils ont été une source d'inspiration. Les environnements sont tous liés à la nature, que ce soit des prairies, des forêts ou le fond d'un lac, et sont remplis de détails en arrière comme au premier plan. Car oui, le jeu s'amuse souvent à faire passer le décor au premier plan, sans que cela ne vienne perturber l'expérience de jeu car ce n'est jamais lors des phases de plates-formes, qui restent parfaitement lisibles. D'ailleurs ce jeu avec les perspective nous donne l'impression d'observer plus que de contrôler notre personnage et cela bénéficie à l'immersion dans ce monde. Tout juste pourrons-nous constater quelques baisses de framerate par-ci par-là mais rien qui ne nuise véritablement au jeu.

 

 


Les énigmes qui ponctuent votre aventure ne demanderont guère d'efforts pour être résolues.

 

 

Mais ces superbes graphismes ne seraient rien sans les compositions musicales magistrales de Johannes Johansson. Principalement composées au piano avec quelques utilisations de violons, ces musiques, encore une fois très inspirées des compositions des studios Ghibli, marquent parfaitement l'aspect mélancolique et poétique des environnements et de l'histoire. La musique est d'ailleurs très présente dans le jeu mais ne marque pas nécessairement ce qui se déroule à l'écran. Elle sert plus d'ambiance sonore que de marqueur d'action, ce qui participe à cette ambiance si particulière qui se dégage du jeu.

 

 

 

Un gameplay plutôt maitrisé

 

 

 

Concernant son gameplay, Hoa est entièrement axé autour de la plateforme : pas d'ennemi à vaincre ou à éliminer ici. Uniquement de l'exploration de niveau et des techniques à mettre à profit. Le jeu nous permet de parcourir sept niveaux ayant une thématique différente et apportant chacun une mécanique de jeu unique. Par exemple, le niveau des chenilles permet de les utiliser comme bumper alors que dans celui des coccinelles, ces insectes se changent en plateformes mouvantes ou temporaires.

 

 


La carte des niveaux ne vous mâchera pas le travail, elle ne sert que de repère dans l'espace.

 

 

Pourtant, il arrive parfois que le gameplay soit légèrement contre nous durant le jeu. En effet, l'ensemble du jeu propose des plateformes complètement organiques. Comprenez par là que Hoa sautera sur des scarabées, des feuilles, des rochers ou encore des méduses. Si d'un point de vue cohérence et immersion c'est une excellente idée, d'un point de vue purement centré sur la jouabilité, il peut être parfois compliqué de savoir où commence et où se termine une plateforme. Heureusement, l'inertie du personnage est plutôt bien gérée et Hoa ne glisse pas lors des sauts et des réceptions. Enfin, bien que minime, on constate également une très faible latence entre le moment où le joueur appuie sur la touche et le moment où cette action s'exécute. Cette latence n'est pas vraiment dérangeante, le jeu étant uniquement centré sur la plateforme, Hoa ne peut pas mourir. Mais il faudra quelques sauts avant de s'habituer, pour au final ne plus s'en rendre compte.

 

De plus, chaque niveau est l'occasion de trouver jusqu'à cinq papillons jaunes. Ceux-ci ont un grand intérêt car une fois le monde terminé, et le PNJ principal réveillé, ils serviront à gagner de nouveaux mouvements comme le double saut ou l'attaque rodéo. Il faudra utiliser ces techniques pour pouvoir avancer dans les niveaux et ainsi progresser dans l'histoire. D'ailleurs, pour se repérer dans les mondes, le jeu a prévu la présence d'une carte. Mais les développeurs ont eu la bonne idée d'en faire une carte ultra minimaliste. Comprenez par-là qu'elle n'affiche que la structure globale du monde, la position approximative du personnage dans le niveau et les quelques objectifs de jeu et les papillons à récolter.

 

 


Bien qu'étant les seuls antagonistes du jeu, les robots ne représentent pas une menace mortelle.

 

 

 

Point trop n'en faut

 

 

 

Pour autant, le jeu reste très linéaire dans son déroulé. On avance d'un point A vers un point B et le chemin reste relativement évident. Il y aura bien quelques embranchements par-ci par-là mais ceux-ci servent uniquement à récupérer des papillons ou résoudre quelques énigmes afin de progresser. Ces énigmes ne sont d'ailleurs jamais vraiment retorses et n'offrent pas de challenge insurmontable. Le jeu se veut clairement comme un voyage dont il faut profiter, plutôt que comme un défi à surmonter.

 

 


Les PNJ principaux ont tous un design très inspiré.

 

 

D'ailleurs, avec seulement sept niveaux à parcourir, il faudra compter environ trois heures maximum pour en faire le tour. On peut trouver cette durée de vie un peu courte, et elle l'est, mais on peut pourtant estimer qu'une durée de vie plus longue aurait dénaturé ce voyage et au final rendu le jeu plutôt répétitif. En effet, malgré ces septs niveaux, on effectue jamais d'action redondantes puisque chaque monde possède sa mécanique propre. Seul l'ultime niveau regroupe l'ensemble de ce qu'on a vu précédemment, ce qui au final reste satisfaisant. Le jeu préfère se concentrer sur l'essentiel plutôt que de risquer de lasser les joueurs.

  • JOUABILITÉ

    17

    Le gameplay est classique mais maîtrisé. Si le jeu ne révolutionne rien, il propose une expérience largement satisfaisante et surtout orientée uniquement vers la plateforme, ce qui permet de passer outre les quelques petits défaut.

  • GRAPHISMES

    19

    Les graphismes entièrement peints à la main sont tout simplement sublimes. La direction artistique rappelle indéniablement les productions du studio Ghibli et le tout flatte allègrement la rétine.

  • BANDE SON

    19

    La musique est excellente. Les compositions au piano, encore une fois inspirée par les musiques des films Ghibli, marquent une ambiance sonore oscillant entre lyrisme et mélancolie.

  • DURÉE DE VIE

    13

    Le jeu propose une aventure concentrée d'environ 3h. C'est peu mais au final suffisant pour éviter de tourner en rond ou d'entrer dans une routine.

  • SCÉNARIO

    13

    L'histoire du jeu est simple mais donne envie d'avancer. Malheureusement, cette histoire n'est pas vraiment mise en avant et passe trop facilement en arrière-plan.

    • Points positifs

      • Graphismes et direction artistique parfaits
      • Musiques lyriques et mélancoliques
      • Uniquement de la plateforme
      • Gameplay classique mais efficace
    • Points négatifs

      • Une histoire un peu trop secondaire
      • Quelques approximations sur la plateforme

    Conclusion

    Hoa est une petite bouffée d'air frais à faire entre deux jeux à gros budget. Il ne prendra pas beaucoup de votre temps mais il vous offrira une petite pause détente. Avec son gameplay entièrement dédiée à la plateforme, ses graphismes et sa musique d'une grande qualité, on passe facilement outre les petits écueils que l'on peut rencontrer dans la jouabilité. Une franche réussite, à la fois poétique et reposante.

    18

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (0)

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 1 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Fiche du jeu

    Hoa

    Support : Nintendo Switch

    Editeur : PM Studios

    Développeur : Skrollcat Studio

    Genre :Plates-formes

    Multijoueur : Non, uniquement jouable en solo

    Moyenne des joueurs : - / 20

    Moyenne de la presse : - / 20

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Rédacteur ConsoleFun

    J'ai commencé les jeux vidéo à l'âge de 4 ans. Ma première console fût une Megadrive et j'avance depuis dans chaque génération avec toujours autant de plaisir et de passion. J'aime aussi bien les jeux rétro que les jeux actuels.

    "Baromètre du test"