0

[TEST] Revita

icone auteur news

Le 03/05/2022

Paru le 3 mars 2021 en accès anticipé sur Steam, Revita est un jeu développé par le studio BenStar, et il est édité par Dear Villagers, en coédition avec Doyoyo Games. Surfant sur la tendance du roguelite, Revita est sorti en version 1.0 le 21 avril dernier, soit après un peu plus d’un an de peaufinage. ConsoleFun s’est donc penché sur ce titre et ses particularités !

Un scénario minimaliste…

 

Dans Revita, on incarne un jeune garçon qui cherche à atteindre le sommet d’une tour. Un ascenseur s’arrête à chaque étage, et le début du jeu sert de tutoriel aux différentes commandes. Amnésique, le héros cherche à obtenir des réponses sur lui-même et son histoire, et se voit renvoyé à la station des réminiscences, qui sert de hub à PNJs qui vous seront utiles avant le début de chaque run.

 

Malheureusement, l’histoire de Revita n’est pas transcendante. Délivrée au compte-gouttes au fil des runs, elle est assez classique et même la vraie fin n’a pas réellement de quoi motiver une énorme rejouabilité. On regrette ainsi un manque d’approfondissement des dialogues notamment avec les PNJs, et des boss qui ne parlent tout simplement pas : le voyage de notre héros manque de ce petit quelque chose qui nous attacherait émotionnellement à sa soif de réponse.


Notre héros amnésique fait peine à voir au début du jeu…

 

…mais un gameplay addictif où vous jouez votre vie

 

 

Là où Revita se distingue et brille particulièrement parmi les roguelite, c’est qu’il propose un système basé sur la gestion des points de vie et la prise de risque, tout en confrontant le joueur à des salles qui s’enchaînent rapidement et nerveusement.

 

En effet, Revita se prend rapidement en main : saut, dash pendant lequel on est invincible mais avec un cooldown, et tir au pistolet dans toutes les directions suffiront à parcourir la tour lors de vos ascensions. Et afin de gagner en puissance, on peut compter sur des reliques pour nous octroyer différents bonus plus ou moins utiles et puissants. Ces reliques s’obtiennent au fil des salles, ou via des coffres, des marchands, ou en faisant une offrande. Un système d’offrande qui porte bien son nom…


Le contenu de ce coffre vaut-il le coup de sacrifier un demi-HP ? Une seule façon de le savoir…

 

Ainsi, le prix à payer pour accéder à ces reliques constitue toujours un certain nombre de points de vie ! Partant avec quatre cœurs au début de votre ascension, vous allez donc choisir ou non de payer un demi-point de vie pour ouvrir un coffre, voire faire offrande de un à trois points de vie à une statue pour obtenir une relique aussi puissante que le nombre de points de vie mis en jeu.

 

Ajoutez à cela une jauge d’âme qui se remplit au fur et à mesure que vous éliminez des ennemis, et qui vous permet une fois remplie de récupérer des points de vie, et vous comprenez très vite que tout le sel du titre tourne autour de votre prise de risque, de votre faculté à ne pas prendre de dégâts lors des combats, et d’un petit peu de chance !

 

Car si le principe est simple, il est rendu particulièrement grisant grâce au rythme effréné de l’enchaînement des salles. Ces salles sont petites, remplies de deux à six monstres, avec parfois quelques pièges pour compliquer la tâche. On passe ainsi rapidement d’un étage à l’autre, jusqu’aux combats de boss où l’étude des patterns et l’esquive deviennent alors primordiales. Les boss sont relativement impressionnants lors de vos premières rencontres, mais deviennent vite faciles à aborder dès que vous les avez cernés.


Les salles sont petites et s’enchaînent à un rythme effréné.

Bien sûr, de nombreux éléments viennent s’ajouter au fil de vos tentatives : vous pourrez obtenir des armes secondaires, des malédictions jouant là encore sur la prise de risque et les récompenses à venir, et vous libérez notamment plusieurs PNJs qui vous demanderont différentes ressources pour améliorer ou débloquer de quoi renouveler vos runs.

 

L’économie du jeu est globalement équilibrée, bien que l’on aimerait pouvoir débloquer plus d’éléments plus vite étant donné que le jeu se complète rapidement et que le scénario n’engage pas à énormément de rejouabilité : une fois la vraie fin atteinte, vous aurez sans doute encore beaucoup de choses à tester dans le jeu, mais rien qui ne viendra réellement vous motiver à relancer une run.

 

En cela, le titre manque peut-être d’éléments scénaristiques ou de défis plus ou moins scénarisés, même si l’on trouve un défi quotidien et un défi hebdomadaire. Il faudra compter entre dix et quinze heures pour atteindre la vraie fin, selon votre maîtrise et votre chance –certains combos de reliques pouvant se montrer dévastateurs.


Les PNJs sauvés proposent toutes sortes d’améliorations disponibles à la station des réminiscences.

 

Un potentiel artistique certain, mais trop peu exploité

 

 

Qu’on se le dise, le pixel-art de Revita est plutôt réussi. La palette de couleurs est elle aussi plutôt plaisante, mais malheureusement le level-design manque de créativité pour exprimer le plein potentiel artistique du titre. Les salles de petite taille s’enchaînent et se ressemblent, d’autant que le ton graphique est assez sombre : on aurait apprécié des étages avec une palette de couleurs plus diversifiées et chatoyantes. Les animations sont toutefois impeccables, et l’action est toujours lisible malgré la petite taille des salles.

 

La bande sonore est plaisante sans être spécialement marquante, elle se contente d’accompagner agréablement vos tentatives. Tantôt douce, tantôt plus dynamique, elle réussit à ne jamais lasser, et renforce l’atmosphère globale, notamment dans la station des réminiscences. Côté localisation, le jeu est intégralement sous-titré en français, ce qui est appréciable pour une petite production.

 

Enfin, il est important de noter le degré de configuration possible pour l’expérience de jeu ! Affichage d’un chrono, des dégâts infligés, possibilité de passer les cinématiques feront plaisir aux speedrunners, tandis que la possibilité de moduler les dégâts reçus, la vitesse de jeu et le degré d’assistance à la visée permettront de rendre le jeu accessible à tous.


Une offrande qui déterminera la suite de la run, pour le meilleur ou pour le pire…

  • JOUABILITÉ

    16

    Axant tout son système sur la gestion de ses points de vie et la prise de risque, Revita fait preuve d’un savant équilibrage où chaque choix peut s’avérer décisif arrivé à la salle suivante.

  • GRAPHISMES

    14

    Si le pixel-art de Revita est soigné et mis en valeur avec des animations impeccables, on reprochera néanmoins un manque d’inspiration du côté du level-design.

  • BANDE SON

    12

    Sans être spécialement marquante, la bande son de Revita accompagne agréablement chaque moment de votre périple.

  • DURÉE DE VIE

    11

    Malgré la présence d’un défi quotidien et d’un défi hebdomadaire, le titre ne brille pas par sa rejouabilité, et il vous faudra compter entre dix et quinze heures pour en venir à bout, vraie fin incluse.

  • SCÉNARIO

    11

    Minimaliste, l’histoire de Revita est délivrée au compte-goutte et aurait gagnée à être développée, ne serait-ce que par des interactions plus prononcées avec les PNJs et les boss.

    • Points positifs

      • La prise de risque au cœur du gameplay
      • Un rythme effréné et grisant
      • Une expérience de jeu sur mesure
    • Points négatifs

      • Un level-design paresseux
      • Un univers qui aurait gagné à être plus approfondi

    Conclusion

    Sans révolutionner le genre, Revita propose toutefois une approche originale au genre du roguelite, en axant tout son système de jeu sur la gestion des points de vie et en mettant la prise de risque au cœur de son gameplay. Le rythme effréné du jeu renforce l’importance de cette prise de décision constante, et l’on se retrouve rapidement à enchaîner les runs. Malheureusement, l’univers manque de développement, et écourtent donc le temps passé en jeu, puisqu’il ne faut qu’entre dix et quinze heures pour atteindre la vraie fin. Revita s’impose ainsi comme une approche rafraîchissante à un genre que certains considèrent comme arrivant à saturation, et le titre constitue une bonne porte d’entrée pour ceux qui n’auraient pas encore exploré le genre.

    14

  • Les avis du staff

    En complément de ce test, les autres membres du staff peuvent aussi vous donner leur avis sur le jeu

    Commentaires (0)

    Connectez-vous pour ajouter un commentaire à ce test !

    Le test a reçu 3 FUN

    Vous n'avez pas encore funé le test !

    ConsoleFun vous donne la possibilité de funer vos articles favoris en cliquant sur le coeur ci-dessus. Participez à la vie communautaire du site et montrez votre intérêt pour notre actualité, pour toujours plus de fun !

    Fiche du jeu

    Revita

    Support : Nintendo Switch

    Editeur : Dear Villagers / Doyoyo Games

    Développeur : BenStar

    Genre :Action

    Multijoueur : Non, uniquement jouable en solo

    Moyenne des joueurs : - / 20

    Moyenne de la presse : - / 20

    Galerie d'images

    Qui est notre testeur ?

    Vesperia : Co-Responsable de la rubrique "Tests"

    Joueur de 22 ans, je tente de rattraper des années de culture vidéoludique pour comprendre le pourquoi du comment de chaque jeu. Ce qui me prend beaucoup de temps et me fait accumuler plus de retard encore. J'aime le jeu vidéo, tout simplement.

    "Baromètre du test"